Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BeauDem - Le Démocrate En Marche de Beaucouzé
  • BeauDem - Le Démocrate En Marche de Beaucouzé
  • : BeauDem a pour but de Fédérer les Démocrates de Beaucouzé et de l'ensemble de la 6ème Circonscription Angers Ouest - Les Mauges du Maine et Loire. Il permettra à tous les citoyens de suivre l'actualité politique de la 6ème circonscription. Si vous habitez dans la 6ème circonscription et que vous souhaitez vous impliquer dans la vie politique locale, contactez moi.
  • Contact

Recherche

Archives

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:44

Comment s'extraire du ventre mou du championnat des sondages (12,5 %) ? De rendre la fin de saison présidentielle palpitante ? En attaquant par la droite, la gauche ou tout bonnement au centre ? Face à ces interrogations, François Bayrou répondait hier soir dans « Des Paroles et des actes » sur France 2 : « Sur tous les critères de présidentialité, je suis en tête. »

 

Le leader du MoDem tente de s'extraire de ce qu'il appelle la « sarkollandisation de la campagne ». Il n'élève pas le ton, ce n'est pas le genre du Béarnais, mais la formule caricaturale porte : « L'un incarne la division l'autre l'illusion. Deux risques que le pays ne peut pas se permettre. » « Face à un problème, il n'y a pas que deux réponses. Il n'y a rien de plus idiot. »

Autre axiome centriste : « Ce n'est pas parce qu'on n'est pas d'accord sur tout qu'on ne peut pas travailler ensemble. » Voilà pour la théorie. Pour la pratique, il faudra attendre et voir le 6 mai. Si...

Objectif : sortir du déficit en deux ans

Sur le fond, François Bayrou garde son objectif de sortie du déficit en deux ans par 50 milliards d'économie de la dépense publique et 50 milliards d'augmentation des impôts. Rabot de 15 % sur les niches fiscales (suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires...), austérité générale (sauf dans l'Éducation et la Justice), amélioration du rendement des prestations sociales et au-dessus de tout cela, comme un talisman, « la règle d'or » pour interdire les déficits abusifs. « Les jeunes auront la garantie de ne pas être ruinés par anticipation. »

Le « produire en France » est une vedette de cette campagne. François Bayrou n'estime pas que le coût du travail est le véritable problème français (il compare Renault et Volkswagen). Pour lui, la faiblesse provient « d'erreurs stratégiques industrielles ».

D'où sa volonté de créer un commissariat général stratégique porté sur l'innovation.

Éducation nationale

Sur son cheval de bataille d'ancien professeur et ministre, l'Éducation nationale, François Bayrou renvoie une fois de plus dos à dos les deux favoris de l'élection. Pour Hollande : « Personne ne créera les postes promis. C'est une réalité. » Pour Sarkozy : « Je n'accepte pas que l'on dise que les professeurs ne travaillent pas. Qu'est-ce que c'est que cette campagne pernicieuse ? » Là comme ailleurs, un partout la balle au centre.

Manuel Valls, porte-parole du candidat PS, arrive enfin pour débattre. « Je suis heurté par votre programme car il raconte des histoires aux Français », l'accueille François Bayrou. Le socialiste cherche des convergences, pour mieux le noyer dans la masse politique. Le centriste l'accuse de se renier depuis les primaires : « Le pays n'aura pas les moyens de soutenir votre accumulation de promesses. Pour moi, la valeur essentielle, c'est la vérité. »

Celle des urnes d'abord. •

 

Article de la voix du nord du 12 03 09

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand GUIHENEUF
commenter cet article

commentaires

Liens